Préconisations avant d’ouvrir un gîte

Dans une période où les gens sont dans la recherche permanente d’authenticité et des locations qui
peuvent les assurer le meilleur rapport qualité/prix, ouvrir un gîte est plus que jamais un
investissement rentable. C’est une aventure prometteuse qui présente plusieurs avantages à la fois
sur le plan financier et sur l’optimisation de son bien immobilier. Toutefois, ce n’est pas un
investissement qui doit se faire sans aucune préparation. Plusieurs aspects doivent être pris en
compte pour bien réussir son projet. Voici quelques préconisations qui vous seront vraiment utiles si
vous êtes sur le point d’ouvrir un gîte.

Prévoir un budget pour les travaux

On n’est plus à l’époque où ce sont les vieilles masures qui font l’attraction d’un gîte. Ce n’est pas
aussi seulement l’aspect environnemental et les attraits touristiques qui rendront les locataires
satisfaits. Les clients sont de plus en plus exigeants, surtout quand il s’agit d’un logement dans lequel
ils doivent séjourner pendant des jours. Le charme, le calme et le confort de l’hébergement sont
autant de critères sur lesquels ils se basent pour faire un choix. Donc avant d’ouvrir un gîte, il est
conseillé d’effectuer les travaux nécessaires pour mieux répondre aux attentes de la clientèle. Les
sanitaires doivent être au complet sans oublier la cuisine qui doit être bien équipée.

Évaluer l’opportunité du projet

Avant d’ouvrir un gîte, il est important d’estimer ce que ce dernier pourra réellement vous apporter.
Même si les revenus sont jugés très intéressants (plus de 400 euros par semaine), il y a des disparités
qu’il faut nécessairement prendre en considération. Les prix peuvent varier d’une localité à une
autre, d’où la nécessité de valider l’opportunité de l’investissement avant de s’engager dans la
réalisation du projet. Pour ce faire, vous pouvez vous rapprocher du comité départemental du
tourisme ou de l’équipe municipale pour se renseigner de la rentabilité d’un tel projet. Ainsi, vous
allez mieux connaître le développement économique du territoire, et ce, dans le court et long terme.

Avoir une reconnaissance juridique

La location d’un gîte doit faire l’objet d’une déclaration auprès d’un centre de formalités des
entreprises (CFE). Vous aurez ainsi un numéro de Siret qui vous permettra d’exercer vos activités de
façon légale. Même si les bénéfices générés sont soumis à l’impôt, il est possible d’effectuer la
déclaration à titre non professionnel. Les formalités fiscales seront ainsi allégées, ce qui vous
permettra de mieux rentabiliser votre investissement.

Vous devez aussi vous rendre à la mairie de la commune de votre gîte pour déclarer le logement. La
déclaration se fait par le biais d’un formulaire appelé Cerfa n° 14004*02 qui vous permettra de
protéger vos meubles et d’autres biens. Vous avez également la possibilité de vous rapprocher d’un
organisme accrédité pour augmenter vos chances de location dans votre zone.