Comment assurer votre location de gîte ?

Pour profiter de leurs vacances, beaucoup de personnes préfèrent louer un gîte dans un endroit
calme pouvant leur permettre de passer des moments agréables. Certains y séjournent en famille,
entre amis ou en couple pour une durée bien déterminée. À l’instar des autres types d’habitation, les
gîtes ne sont pas épargnés de sinistres ou d’accidents matériels. Les locataires sont exposés à des
risques de même que les appareils et certains équipements de la maison. C’est pourquoi la
souscription d’une assurance est essentielle pour pouvoir couvrir les risques que le logement encourt
au quotidien. Il existe plusieurs possibilités qui permettent aux propriétaires d’assurer leur location
de gîte et avoir les meilleures garanties.

L’assurance d’une location de gîte est-elle obligatoire ?

Que ce soit le propriétaire ou le locataire, personne n’est obligé d’assurer la location de gîte. Vous
avez donc la possibilité de louer votre maison pendant les vacances sans juger nécessaire de
souscrire une assurance spécifique.

C’est toutefois une attitude dangereuse, car vos biens seront mis en jeu tout au long de la période de
location. Vous aurez la responsabilité de prendre en charge les réparations ainsi que les rénovations
au cas où il y aurait sinistre ou catastrophe naturelle.

Il est donc recommandé de souscrire une assurance dédiée pour protéger vos biens et avoir la
chance d’être accompagné lors d’un incendie ou de graves dégâts. Il est aussi possible de demander
à votre locataire saisonnier de prendre en charge l’assurance du logement durant son séjour.

Quel type d’assurance pour le propriétaire d’un gîte ?

La plupart des propriétaires de gîtes disposent d’un contrat multirisque habitation qui leur permet
d’avoir des garanties solides en cas de sinistres. Cette assurance est cependant soumise à certaines
conditions si vous décidez de mettre en location votre propriété. Vous aurez le choix entre deux
options dont chacune comporte des normes d’application et des critères qui déterminent le niveau
de responsabilité de chaque partie. Si vous êtes par exemple titulaire d’une assurance habitation,
vous pouvez inclure une clause qui vous permettra de couvrir la location de gîte. Cette mention est
appelée « abandon de recours » ou « renonciation à recours ». Elle témoigne l’engagement de
l’assureur et du propriétaire à ne pas demander des remboursements au locataire saisonnier en cas
d’incendie ou de dégât des eaux. Cependant, la clause ne couvre pas la responsabilité du vacancier à
l’endroit des voisins et des tiers.

Vous pouvez aussi être plus vigilant en souscrivant une assurance multirisque habitation comportant
la clause « pour le compte de qui il appartiendra ». Avec cette assurance, les locataires seront à la
fois couverts pour les incendies et les dégâts des eaux et pour leur responsabilité à l’endroit des
voisins et des tiers. Quant au vol, la destruction et d’autres dégâts volontaires, ils seront pris en
charge par les vacanciers.